FORO INTERNACIONAL ACCION CATOLICA INTERNATIONAL FORUM CATHOLIC ACTION
FORUM INTERNAZIONALE AZIONE CATTOLICA FORUM INTERNATIONAL ACTION CATHOLIQUE

Programme avec les matériaux disponibles

26 27

novembre 2021 ONLINE

Présentation des MAC experiences et projets

Térence MBONABUCA – Responsable M.A.C. Burundi – Chef National Xaveri-Burundi

Tel est le titre de l’intervention qu’il m’a été proposé de présenter au cours de cette IIème rencontre continentale Africaine dont les assises se tiennent dans les locaux du Grand Séminaire de Bujumbura, du 21 au 25 Août 2002.

Qu’est ce qu’un M.A.C.?
Quelles sont les réalisations des M.A.C.?
Quelles difficultés rencontrées par les M.A.C.?
Quelles perspectives d’avenir des M.A.C.?

Telles sont les principales questions auxquelles nous allons tenter de donner des essais de réponse.

I. Qu’est-ce qu’un M.A.C.?
Du 23 au 26 novembre 2000, dans les locaux du Centre Théresien de Gitega, s’est tenue une session organisée par la Commission Episcopale pour l’Apostolat des Laïcs.
Des thèmes variés et aussi importants ont été présentés dont celui relatif à la définition d’un Mouvement d’Action Catholique par S.E. Mgr Bernard BUDUDIRA; Evêque du diocèse de Bururi. Il est donc le mieux indiqué pour développer ce thème et nous allons essayer de le paraphraser.
Cette conférence sur les M.A.C. révèle quatre caractéristiques de l’Action Catholique à savoir:
– le souci de l’Eglise;
– la collaboration avec la hiérarchie;
– l’unité d’action des membres;
– l’action sous la haute direction de la hiérarchie.
De là nous pouvons dire que le M.A.C. est celui dont les membres ont le souci de l’Eglise, d’évangéliser par la formation humaine et chrétienne les consciences du milieu intégral de vie, afin de pénétrer de l’esprit de l’Evangile les diverses communautés et divers milieux.
Cela se fait à l’aide de plusieurs techniques (de croix et annexes) selon la classification des Mouvements.
Au Burundi, cette classification est la suivante:
Les M.A.C: Scouts; Guides; Mouvement Eucharistique; Legio de Marie; Chiro-Xaveri; Jeunesse Estudiantine Chrétienne; Jeunesse Ouvrières Catholique; A.G.I.; Equipes Enseignantes.
Ce sont ceux-là qu’ont été envités aux présentes assises. A ceux là faut-il ajouter: Famille Kolping; Saint Vincent de Paul et Abana ba Mariya.
Les Mouvements spirituels: Fraternité de Marie Reine des Coeurs; Ligue du Sacré Coeur; Amis de Dominique Savio; Les Adorateurs etc.
Les Mouvements Ecclésiaux et du Renouveau: Schoënstatt; Focolari; Famille Cana; Mouvement du Renouveau Charismatique; Vie Nouvelle pour la Réconciliation; Mouvement Sacerdotal Marial etc.
Tous ces Mouvements soutiennent leurs membres, les forment, les ordonnent et dirigent leur action apostolique de telle sorte qu’on en espère des résultats beaucoup plus importants que si chacun agissait isolément.
Pour les M.A.C donc, il est question d’annoncer la Bonne Nouvelle et la construcrion du Royaume de Dieu. La hiérarchie a ses droits et ses devoirs envers les laïcs et vice-versa en vue d’aboutir à la sanctification des membres et être des temoins: “Vous serez mes témoins dans le monde”. Tel est le thème de cette Rencontre Continentale Africaine. 
Comment les MAC contribuent-ils à la construction du Royaume de Dieu? Ceci nous amène à parler des réalisations des M.A.C.

II. Les réalisations de M.A.C.
Dans le Lumen Gentium n° 3l cité par la revue CHARITE n° 3 parue à Pâques 1972 à la page 167 il est dit ceci:
“La vocation réelle du laïc chrétien consiste à chercher le règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu’ils ordonnent à Dieu… A cette place, ils sont appelés par Dieu pour travailler comme du dedans, à la sanctification du monde”.
Ainsi, cette citation se réalise quotidiennement par les M.A.C. grâce à l’organisation des activités de charité, des activités apostoliques, des activités de développement et l’organisation de la formation des cadres et des membres. Cela est aisé grâce à l’intégration dans la vie personnelle des acquis dans l’un ou l’autre Mouvement. Pour aboutir à cette adaptation quelques points constituent l’essentiel de la spécificité de chaque Mouvement.

II.1. Les activités de charité
Un peu partout, on signale dans les rapports beaucoup d’activités réalisées en direction des pauvres: puiser de l’eau pour eux, leur chercher du bois, cultiver leurs champs, construire et réparer les maisons des vieilles et des vieillards, visites et aides tant morales que pécuniaires aux malades hospitalisés ou qui sont à domicile, prise en charge des enfants dont les parents sont hospitalisés, organisation des fêtes pour les malades, entretien de champs (potagers culture de la patate douce, du manioc…) dont la récolte est destinée aux démunis, organisation de jeux pour les enfants en difficultés (orphelins, enfants de la rue…), alphabétisation etc…
Il faut souligner aussi que grâce aux thèmes annuels, des collectes d’aides sont organisées. Le menu collecté est remis aux handicapés (1981) et aux sinistrés (1993 à ce jour).

II.2. Les activités apostoliques
Dans la plupart de M.A.C. on enregistre:
– des chorales pour l’animation liturgique;
– la constitution des Acolytes et des Cérémoniaires;
– l’entretien de la sacristie;
– des conversions des non chrétiens sont opérées par les membres des MAC qui les conduisent jusqu’au baptême.

Les parrains et les marraines des nouveaux convertis sont d’office membres de ces M.A.C.
Dans les milieux scolaires, les condisciples qui se méconduisent sont ramenés à l’ordre par les membres des MAC qui les entraînent par leur bon exemple.
La participation des M.A.C dans les Conseils Paroissiaux et dans la Coordination de l’Action Catholique à tous les niveaux n’est pas aussi à perdre de vue.

III.3. Les activités de développement
Au Burundi, l’organisation des activités de développement date surtout des années 1980 au lendemain du ler Congrès National du Parti UPRONA. A l’issue de cet événement tous les burundais étaient exhortés sans exception aucune à l’oeuvre pour la construction nationale. En effet même dans les différentes conférences internationales (dont l’Afroforum de Bukavu du 13-20 Avril 1970) les MAC ont été régulièrement exhortés à participer activement au développement de leurs pays respectifs. Nous reproduisons in extenso une résolution on ne peut plus éloquente à ce sujet: “Que les Mouvements travaillent à l’éducation civique et au développement du pays, participent aussi activement que possible aux initiatives prises dans ce domaine par les gouvernements de leurs diverses nations en vue du bien commun. D’où l’organisation systématique de camps de travail et de formation ici et là. Quelques coupures de presse nous renseignent sur les camps suivants:
– constructions d’écoles pour l’éducation de base;
– fabrication de briques;
– construction de salles polyvalentes;
– aménagement de terrains pour la construction d’une école ou d’un terrain de jeu;
– reboisement;
– adduction d’eau etc…

III. Difficultés rencontrées par les M.A.C.
Nous en stigmatisons d’abord quatre, telles que relevées par son Excellence Mgr Bernard BUDUDIRA dans son exposé présenté en novembre 2000 à Gitega.
1. L’ignorance des laïcs de leur vocation fondamentale à évangéliser en leur qualité de fidèles du Christ. En effet, beaucoup de laïcs croient avec bonne foi que l’activité d’apostolat est une affaire des prêtres, des religieux(ses) ou des catéchistes. Or, annoncer la bonne Nouvelle du Salut est la mission de tout baptisé chacun selon sa condition de vie.
2. La distance et l’indifférence: beaucoup de chrétiens laïcs ont une certaine gêne à être considérés comme des Agents directs de l’Evangélisation directe ou indirecte.
Par évangélisation directe, référez-vous à ce qui a été dit dans les activités apostoliques. Par évangélisation indirecte, entendez par là le témoignage de la vie de la foi, le conseil ou l’influence de l’esprit évangélique infusée dans la vie quotidienne, professionnelle et sociale.
Ce défis est à relever par un engagement clair et déterminé dans la vie de l’Eglise.
3. Une conception et une pratique partielle et très incomplète de la vie de foi. Il y en a qui croient que la vie chrétienne ne se limite qu’à la prière et au culte. Ils oublient que la foi sans les actes est une foi morte en elle-même (Jc 2.14.17). Ce défi est à relever par des engagements visant à transformer notre milieu familial, scolaire et ecclésial.
4. La crainte de prendre position contre les attitudes, comportements et structures injustes. Face à ce grand défaut des chrétiens, nous serons témoins du Christ dans notre milieu intégral de vie si nous y introduisons la vérité, la justice sociale, l’amour et la solidarité.

En autre nous relevons ceci:
1. Le manque de Permanences de Travail et le non détachement de personnel permanent encouragé à cet effet.
2. L’insuffisance de moyens matériels et financiers (outils livresques, moyens de communication: téléphone, fax, Boîte Postale, ordinateurs et accessoires, outils pour l’animation des sessions etc; absence de petites fournitures de bureau: papier, enveloppes, machines à écrire etc…).
3. Le vent contraire à la promotion de la justice, de la vérité et de la paix dans le milieu de vie.
4. Le travail en rangs dispersés.
5. Le danger du travail en vase clos et la non ouverture au monde extérieur.
6. L’absence d’Aumôniers Paroissiaux et Diocésains nantis de moyens ad hoc.
7. L’insuffisance de formation portant sur: la théologie, la Bible, la liturgie, la catéchèse, les enseignements de l’Eglise, l’animation des groupes etc…

IV. Perspectives d’avenir des M.A.C.
l. Garder vive et réelle l’option pour une formation chrétienne et humaine permanente par des compléments de formation et de recyclages programmés.
2. 0pter pour un laïcat responsabilisé et engagé au sein de la paroisse.
3. Analyser les voies et moyens de doter d‘une autonomie organique des M.A.C., dans le respect de la collaboration avec la hiérarchie.
4. Evangéliser le milieu des intellectuels. Il est trop simple de parler des communautés chrétiennes de base pour eux. Même si c’etait cela, il faut beaucoup s’investir pour y arriver.
5. Continuer et accroître l’assistance et l’intervention urgente en faveur des nécessiteux; c’est un devoir de charité.
6. Eduquer les bénéficiaires à la participation à leur propre développement (Projet DELTA à infuser dans tous les M.A.C.).
Cette option doit être plus nette et il faut des moyens en conséquence.
7. Etre plus ferme dans l’encadrenment de la jeunesse (formation par les métiers et suivi de la post-formation) etc…

Conclusion
Les expériences et projets des M.A.C. et des A.C. diffèrent selon les milieux. Toutefois, est-il permi d’affirmer sans ambage que leur bilan est positif eu égard aux conditions rnatérielles et socio-conjoncturelles dans lesquelles ils travaillent.
En effet, depuis leur implantation dans l’un ou l’autre pays, les M.A.C. et les A.C. ont toujours souffert du problème de financement. Le manque de moyens financiers et de locomotion handicape les activités à tous les niveaux.
Cette situation se répercute sur l’organisation du travail malgré la présence de cadres intellectuellement aptes et professionnellement expérimentés dans l’un ou l’autre M.A.C. 

Le bénévolat a ses limites dans un monde caractérisé par une concurrence sans limites (voire déloyale), d’où faudrait-il une réorientation raisonnée des programmes et des activités des M.A.C. et des A.C.
Toutefois, la confiance des autorirités politiques et religieuses qui voient d’un bon oeil les activités des M.A.C. et des A.C., en les associant à certaines activités organisées ici et là, aura largement contribué à leur expansion.
Nous les en remercions vivement. Que mutuellement continuons sur la même lancée pour que l’idéal de CHARITE triomphe et s’étende au monde en général et au Burundi en particulier et que l’Esprit Saint nous y inspire! 
Ainsi serons-nous témoins du Christ en Afrique!


II Rencontre continentale africaine
VOUS SEREZ MES TÉMOINS EN AFRIQUE. Réalités, défis et perspectives pour la formation des fidèles laïcs. La contribution de l’Action Catholique/2 – Bujumbura,21-25 août 2002

rsris_slide_link:
wps_subtitle:
Térence MBONABUCA - Responsable M.A.C. Burundi - Chef National Xaveri-Burundi
pl_view_post:
321